18 février 2013

J'aurai réussi ma vie si...

Il y a des reportages ou des sujets de discussion qui ont le don de m'interpeler plus que d'autres. Si ce n'était que de discuter autour des nouvelles tendances mode ou de débattre de la place de la viande chevaline dans notre alimentation, ce serait facile de sauter dans l'arène. Non, ce serait bien trop facile...

Je veux parler ici de véritables sujets à réflexion. Comme par exemple cette lourde question « Quel est votre rapport au vieillissement ? » posée récemment lors de la tribune à la radio de Radio-Canada tout juste après le passage de Denise Bombardier à l'émission Tout le monde en parle. Ou cette grande réflexion amorcée dans les pages du numéro de mars de Châtelaine : « Réussir sa vie, c'est... ». Gloups, on respire et on tourne sa langue sept fois dans la bouche avant de parler, et on lit d'abord ce qu'en disent les autres...

La chanteuse Lisa LeBlanc (21 ans) pense que « réussir sa vie », c'est ne jamais se perdre, retourner aux sources, dans sa famille. La comédienne Janine Sutto (92 ans) pense, quant à elle, que c'est avoir une passion et respecter son essence. L'auteur-compositeur Vincent Vallières avoue candidement que son succès n'aurait ni queue ni tête sans sa blonde et ses enfants. Trois visions parmi celles des seize personnalités qui ont accepté de se prêter à l'exercice.

Et moi, qu'est-ce que j'en pense ? Commençons par le vieillissement. Je ne crois absolument pas tous ceux et celles qui affirment sans sourciller qu'ils aiment vieillir. Vraiment ? Ils aiment voir leurs paupières et le bas du visage s'affaisser petit à petit ?  Parole d'une fille que l'on commence à prendre pour la mère de sa jeune amie d'à peine trente ans, c'est impossible. Soyez certains que si j'en avais les moyens, je n'hésiterais pas à user de temps en temps de ces remèdes miracle de « remplissage ». Mais au-delà de l'apparence physique, le vieillissement me pèse aussi car j'ai parfois trop tendance à avoir la nostalgie de ces moments de bonheur et de folie... qui me semblent être uniquement choses du passé. Comme s'ils ne pouvaient se reproduire à ce stade-ci de ma vie. Je sais, je sais, c'est complètement ridicule et vous auriez bien raison de me le faire remarquer. Je travaille là-dessus...

Maintenant, le deuxième sujet: réussir sa vie.  A-t-on vraiment une seule vie ? Que fait-on de cette expression de plus en plus de circonstance dans nos vies tourmentées, « refaire sa vie » ? Pour ma part, je l'adopte sans hésiter car elle sous-entend un recommencement, un nouveau départ. J'avais déjà écrit un billet à ce sujet Là où il y a de l'espoir, il y a de la vie. C'est bien moins angoissant et pesant que de se demander si on réussit SA vie.  La preuve, aujourd'hui, il n'est pas rare de voir des femmes dans la cinquantaine retomber en amour comme des adolescentes ou des carriéristes qui décident de orienter complètement leur cheminement à un âge déjà bien avancé. Tout est possible. Rien n'est plus véritablement tracé, et c'est tant mieux.

Par exemple, le père de ma fille, avec lequel j'ai immigré il y a dix-huit ans et dont je suis séparée, a refait sa vie en fondant une nouvelle famille à Montréal et il en est bien heureux. Il y a aussi mon amie Hélène qui a refait sa vie peu de temps après son divorce, alors que l'amour l'a happée sans s'annoncer. Il était australien et elle n'a pas hésité à tout lâcher pour s'installer avec lui au pays des kangourous. Elle avait cinquante ans à l'époque.

Bref, jusqu'à ce jour, je peux dire que j'ai réussi la première phase de ma  vie car j'ai réussi mon immigration, mon intégration dans ma ville d'accueil, mon précieux lien avec ma fille devenue ado, mon indépendance, et même mon divorce. 

À présent que je me sens sur le point de refaire ma vie, je peux affirmer sans me tromper que j'aurai réussi ma vie si, malgré des périodes plus sombres, j'ai su garder le cap et croire en moi. Si j'ai pu transformer mes rêves en réalités. Si j'ai vécu un autre grand amour. Si je pense, à la toute fin, que les gens que j'ai côtoyés ici, là et là-bas garderont de moi le souvenir d'une fille qui aura marqué son temps... Hum, peut-être que je devrais devenir cette artiste que l'on a souvent vue en moi...

Et vous, comment complèteriez-vous la phrase « j'aurai réussi ma vie si... » ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire